Image : Giovanni Cittadini

Vous n’aurez pas ma haine

Raphaël Personnaz

Hommage à l'acteur
Mardi 12 Novembre à 20h30

Théâtre de Vienne
PUBLIC : + 12 ans
DURÉE : 1h20

Antoine Leiris a perdu sa femme, Hélène Muyal-Leiris, le 13 novembre 2015, assassinée au Bataclan. Accablé par la perte, il n’a qu’une arme : sa plume.
À l’image de la lueur d’espoir et de douceur que fut sa lettre “Vous n’aurez pas ma haine”, publiée au lendemain des attentats, il nous raconte ici comment, malgré tout, la vie doit continuer.
C’est ce quotidien, meurtri mais tendre, entre un père et son fils, qu’il nous offre.
Un témoignage bouleversant.

Comédien : Raphaël Personnaz, Auteur : Antoine Leiris, Adaptation et Mise en scène : Benjamin Guillard, Assistante mise en scène : Héloïse Godet, Scénographie : Jean Haas, Assistante Scénographie : Juliette Azemar, Lumière : Jean-Pascal Pracht, Vidéo : Olivier Bémer, Composition musicale : Antoine Sahler, Interprète piano : Lucrèce Sassella ou Donia Berriri. ©Giovanni Cittadini Cesi

www.984productions.org

Billets à l'unité hors abonnement
  Théâtre de Vienne
  CAT. A CAT. B
PLEIN TARIF 27 € 22 €
TARIF SÉNIOR (+ 65 ans) 22 € 19 €
TARIF RÉDUIT (Ado, étudiant, groupe, CE, demandeur d'emploi, RSA) 15 € 10 €
TARIF ENFANT (- 12 ans) 10 € 8 €
Billets à l'abonnement (3 billets mini. pas de max.)
ADULTE/SÉNIOR (+ 65 ans) 20 € 16 €
RÉDUIT (Ado, étudiant, groupe, CE, demandeur d'emploi, RSA) 10 € 8 €

Cela aurait pu être indiscret. Lire le texte d’Antoine Leiris était bouleversant. Intimement. Comment entendre cela dans une salle de théâtre. Et bien l’adaptation et la mise en scène de Benjamin Guillard est d’une rigueur absolue et l’interprétation de Raphaël Personnaz, disons-le, admirable. Un très grand moment.
Armelle Héliot, Le grand théâtre du monde

C’est donc aussi un témoignage. Celui d’Antoine dont la vie est percutée de plein fouet par la perte de l’être aimé. Le cœur en miette, l’âme éparpillée, il refuse l’esprit de vengeance et cherche le sens dans le désastre. Il n’est jamais trop tôt pour guérir collectivement. C’est ce que semble nous dire ce spectacle sensible et pudique, véritable exercice de funambule sur le fil de l’émotion. Raphaël Personnaz n’a jamais été aussi bon, la mise en scène est sobre et raffinée. Vous n’aurez pas sa haine et lui a notre affection.
Carolyn Occelli Les 5 pièces