La rose et la hache

Mise en scène Georges Lavaudant

Théâtre
Vendredi 14 Février à 20h30

Théâtre de Vienne
PUBLIC : + 14 ans
DURÉE : 1h05

Ce spectacle mythique de Georges Lavaudant, présenté pour la première fois il y 40 ans, est une adaptation de Richard III ou l’horrible nuit d’un homme de guerre de Carmelo Bene inspirée par le Richard III de Shakespeare.
Richard, duc de Gloucester veut devenir roi. Pour atteindre son objectif, il doit éliminer tous ses rivaux au sein même de sa propre famille, réduire à l’impuissance ses ennemis politiques et travailler à sa légitimité. Tâche impossible ?
Richard redoublant d’intelligence et de brutalité surmontera tous les obstacles pour le plus grand plaisir des spectateurs qui découvriront le chef d’œuvre d’une volonté de puissance cachée derrière un monstre.

Texte d’après Richard III ou l’horrible nuit d’un homme de guerre de Carmelo Bene, à partir de William Shakespeare, Mise en scène : Georges Lavaudant, Décor, accessoires et costumes : Jean-Pierre Vergier, Lumière : Georges Lavaudant, Son : Jean-Louis Imbert, Maquillage, coiffure, perruques : Sylvie Cailler et Jocelyne Milazzo, Chorégraphie : Jean-Claude Gallotta.
Avec Elisabeth Astrid Bas Le Roi Edouard, Buckingham Babacar M’baye Fall Richard, Duc de Gloucester, puis Richard III Ariel Garcia-Valdès Marguerite Georges Lavaudant
Lady Anne Irina Solano - Production Odéon-Théâtre de l’Europe, MC2 : Grenoble. ©MC2

http://compagniedespetitesheures.com

Billets à l'unité hors abonnement
  Théâtre de Vienne
  CAT. A CAT. B
PLEIN TARIF 27 € 22 €
TARIF SÉNIOR (+ 65 ans) 22 € 19 €
TARIF RÉDUIT (Ado, étudiant, groupe, CE, demandeur d'emploi, RSA) 15 € 10 €
TARIF ENFANT (- 12 ans) 10 € 8 €
Billets à l'abonnement (3 billets mini. pas de max.)
ADULTE/SÉNIOR (+ 65 ans) 20 € 16 €
RÉDUIT (Ado, étudiant, groupe, CE, demandeur d'emploi, RSA) 10 € 8 €

La Rose et la hache, c'est Richard III, “nettoyé de sa complexité historique”. C'est une suite vertigineuse de très gros plans sur la laideur et les faiblesses d'un homme (des hommes), le destin tragique d'un roi (des rois). Il était une fois Richard, duc de Gloucester, être difforme, inachevé, “à moitié fini”, qui s'en va jouer de ses handicaps, physiques et... moraux, pour parvenir à ses fins.
En brillant acteur. “C'est un type qui n'a jamais fait partie de la liste des présélectionnés”, s'amuse Lavaudant. Mais qui va “y arriver”, comme on dit.

Eric Angelica, Le Dauphiné libéré

C’est pour Ariel Garcia-Valdès, son acteur fétiche, que Lavaudant avait voulu monter La Rose et la Hache (avant plus tard de le diriger dans Richard III, dans son entièreté) et dire son admiration pour Carmelo Bene. Étonnant de voir aujourd’hui Ariel, l’ange Ariel, près de quarante ans après, retrouver ses rictus, ses mouvements de mains et d’épaules, ses rires effrayants. Comme au premier jour.
Jean-Pierre Thibaudat, Mediapart